SQUAREGOT

Warcraft: le commencement

Pour un style de film aussi bancal que les adaptations de jeux vidéo, je pense que Warcraft s'en sort plutôt bien. On reste bien loin d'un Lord of the Rings mais les effets spéciaux sont corrects, les personnages sympathiques et l'action bien présente. On retrouve aussi quelques lieux mythiques de World of Warcraft ainsi que quelques clins d'oeil qui toucheront le joueur (oui, il y a un Morlock et oui, le mage change un soldat en mouton).

Ce que je regrette le plus, c'est le scénario ultra-light et le peu de profondeur des personnages. C'est bien simple, on dirait que toute la partie background et scénario a été confiée à Jean-Kevin, 15 ans, grand joueur de World of Warcraft depuis ses 10 ans. C'est tellement plat que ce qui reste de Warcraft: le commencement, c'est un simple film d'action dans un univers d'heroic-fantasy vite oubliable. Et c'est bien dommage!

04/06/16 - Lien permanent - tags: #ciné #film #fantasy #Warcraft

Le sorceleur, de Andrzej Sapkowski

Comme beaucoup de monde, j’ai entendu parler de la saga du Sorceleur avec la sortie des jeux qui en sont tirés: la trilogie The Witcher. Je n’y ai pour l’instant jamais joué, juste vu NicoM avancer un peu dans le premier mais les fans sont nombreux et les tests relativement élogieux. Je compte bien craquer sur le troisième volet quand son tarif aura un peu baissé alors je me suis plongé dans les livres.

Le premier tome est un recueil de nouvelles assez sympathiques. Même si les thèmes abordés ne brillent pas par leur originalité, l’idée même d’un chasseur de primes mutant spécialisé dans la chasse aux monstres dans un monde de fantasy classique m’a bien plu. Ce premier tome récupéré gratuitement m’a ouvert l’appetit et j’ai vite récupéré les six autres tomes qui eux racontent l’histoire du Sorceleur Geralt et de sa destinée liée à celles de Ciri et de Yennefer.

Les débuts étaient vraiment prometteurs, avec des bonnes idées par-ci par-là, quelques pointes d’humour ou de réflexions politiques mais le récit va rapidement s’enliser et l’auteur va abuser de procédés narratifs grossiers (histoire racontée depuis le futur, flashback, récit périphérique totalement déplacé) et je dois reconnaitre que je n’ai pas pris beaucoup de plaisir avec les tomes 4 à 6. Ce n’était pas plus déplaisant qu’un série concon ou un roman de gare mais comparé au potentiel de l’univers, c’était une grosse déception.

18/09/15 - Lien permanent - tags: #lecture # fantasy # sorceleur #witcher