SQUAREGOT

La La Land

Bonobo et moi sommes allés voir La La Land l'autre soir pour nous changer les idées. Après tout, quoi de mieux qu'une petite comédie musicale pour se mettre de bonne humeur?
Porté par une bande son parfaite, le film nous fait suivre les trajectoires de deux artistes dans le Los Angeles rêvé par Hollywood. Lui est pianiste dont le but est de monter son club de jazz, il commence comme simple pianiste d'ambiance dans un restaurant. Elle est comédienne, sans grand succès jusqu'à présent. Ils se rencontrent, se détestent, se retrouvent, s'aiment, se disputent et vivent comme dans toute bonne comédie musicale romantique.

On ne va pas se mentir, le film est essentiellement porté par la musique. Je ne suis pas un grand fan du jeu monolithique de Gosling* et le scénario n'est pas un modèle d'originalité. La fraîcheur d'Emma Stone et les différentes chorégraphies sont toutefois à la hauteur, tout comme les quelques passages un peu surréalistes mais on reste loin de la virutosité de Whiplash. Il n'empêche qu'en sortant, je ne pouvais pas m'enlever City of Stars de la tête...

On a vu La La Land en VOSTF et je vous conseille de faire comme nous, rien que d'entendre la version française le temps de la bande annonce m'a filé des boutons! D'ailleurs je ne vous la mets pas en VF!

14/02/17 - Lien permanent - tags: #ciné #film #comédie musicale #Los Angeles

Moi, Daniel Blake

Second film vu cette semaine, le dernier Ken Loach. Un film qui raconte le lent déclin d'un travailleur anglais qui se voit refuser sa pension d'invalidité suite à une crise cardiaque. On assiste à son éviction du système social par un mécanisme bien connu de tous: mettre le plus d'obstacles possibles pour que le demandeur finisse par abandonner. Alors Dan Blacke se bat comme il peut, ne baisse pas les bras et aide même une jeune mère de famille tout aussi dans la merde que lui mais a-t-il vraiment une chance de s'en tirer?

C'est un très bon film, porté par des acteurs -professionnels ou non- vraiment inspirés, avec une histoire tout ce qu'il y a de plus crédible surtout quand elle raconte le face-à-face avec une administration dont le seul but est d'évincer le plus de demandeurs d'aides. Toute personne un tant soit peu humaine ne peut que s'indigner par ce qu'il voit, sachant pertinemment que c'est ce que vivent des millions de gens dans toutes les démocraties occidentales. Mais on ne fait que s'infliger une bonne dose de violence sociale qui ne fait que renforcer notre sentiment d'impuissance alors que toutes les personnes qui pensent que le capitalisme ultralibéral est la solution ne daigneront même pas voir ce film. Même si je me demande parfois à quoi bon voir ce genre de film très dur, je me dis aussi qu'il est important de mettre des images sur la situation de tas de gens qui luttent pour survivre, de témoigner face à une société qui abandonne ses propres citoyens voire qui est en guerre contre eux.

20/11/16 - Lien permanent - tags: #film #ciné #Ken Loach #critique sociale #VO obligatoire

Les Animaux Fantastiques

A peine revenu de vacances que j'étais déjà de retour dans les salles obscures! Premier film vu, Les Animaux Fantastiques, basé sur l'univers d'Harry Potter. Un jeune magicien anglais arrive à New York dans les années 20 avec plein d'animaux fantastiques (et taquins) dans sa valise. Sauf que des forces magiques se déchaînent sur la ville et tout accuse notre pauvre héros.

D'un côté cela fait plaisir de retrouver l'univers de Rowling, surtout sans avoir lu l'histoire avant donc sans être déçu par l'adaptation. Les personnages principaux sont un peu têtes à claques mais attachants malgré tout, le New York magique 20's se laisse découvrir avec plaisir et l'histoire est assez efficace. Je serai par contre moins tendre avec les effets spéciaux franchement mauvais (en particulier les animaux fantastiques, un comble vu le titre) et la révélation finale du méchant qui détruit le personnage incarné par Colin Farrell alors que ses motivations étaient l'élément narratif le plus intéressant.

Au final on se retrouve donc avec un film assez moyen qui ne laisse pas s'exprimer tout son potentiel, dommage!

20/11/16 - Lien permanent - tags: #film #ciné #Rowling #Harry Potter

Docteur Strange

Juste avant de partir à Ténérife, je suis allé voir Docteur Strange, le dernier film de l'écurie Marvel. Le pitch? Un chirurgien arrogant et génial est victime d'un accident grave qui l'oblige à arrêter la médecine. Plutôt que de devenir professeur ou n'importe quelle profession accessible à son brillant cerveau, il préfère chercher les solutions dans la médecine alternative. L'histoire ne dit pas s'il aura perdu son temps avec l'homéopathie mais il finit malgré tout par arriver au Tibet dans ce qui ressemble beaucoup à une secte et qui se révèle en fait être une congrégation de puissants magiciens dont le rôle est de protéger la Terre de toutes les attaques mystiques des autres univers du Métaplan. Sauf que plusieurs magiciens se sont rebellés et tente de faire un pacte avec une entité très méchante d'un autre plan.

Ouf, c'est pas très digeste mais nous voilà parti pour deux heures d'apprentissage de la magie avec Strange et de combat contre les méchants. J'ai l'air critique comme ça mais en fait j'ai bien aimé. Cumberbatch semble être l'évidence même pour incarner ce connard qu'est Strange, Swinton est toujours aussi géniale, les effets spéciaux sont souvent magnifiques (mais parfois assez ratés comme la transition acteur réel <-> acteur en 3D) et on n'a guère le temps de s'ennuyer.

Même si beaucoup de manichéismes m'irritent dans ce film, la révélation sur les pouvoir de l'Ancien tempère un peu la dichotomie entre les gentils tout propres et les méchants pas beaux atteints de conjonctivite aggravée. Et la seconde (?!!) annonce du générique de fin laisse espérer un univers un peu plus nuancé et une éventuelle prise de conscience du héros. Bref, c'est du bon film Marvel, loin des bouses du style Thor ou Iron Man 2.

20/11/16 - Lien permanent - tags: #film #ciné #Marvel #Docteur Strange #Cumberbatch #Swinton

Brice de Nice 3

Entre les vacances et la mise en vente de mon appart', j'ai pris un peu de retard avec mes avis sur les films. On va corriger ça en commençant par Brice de Nice 3. Oui c'est un navet, oui c'est du trop trop lourd même s'il y a bien quelques idées par-ci par-là qui m'ont fait sourire. Après on est dans la comédie française classique, on sait à quoi s'attendre en rentrant dans la salle.

Une fois ces postulats acceptés et son cerveau mis en veille, on peut profiter du film pour ce qu'il est: un divertissement correct. Même si Jean Dujardin commence à se faire un petit peu vieux pour jouer Brice, c'est toujours un plaisir pour moi de le voir incarner ce crétin fini. J'ai quand même moins de compliments à faire aux rares seconds rôles, surtout Cornillac mais bon, le film ne s'intitule pas "Brice 3, friends or foes" :-)

Soyons honnête, je ne serai pas allé le voir si j'avais payé ma place plein pot (pas loin de 11€ sur Toulouse quand même) mais à moins de 2€ c'était déjà nettement plus acceptable.

20/11/16 - Lien permanent - tags: #film #ciné #Jean Dujardin #Brice de Nice

Jack Reacher: never go back

Comme le premier film Jack Reacher m'a laissé un bon souvenir, quand Bonobo a voulu aller au cinéma l'autre soir je lui ai proposé le deuxième opus (ou Brice de Nice mais il a vite choisi). Quelle déception, ce film est nul du début jusqu'à la fin. Même Bonobo qui est nettement meilleur public que moi a trouvé que le scénario était plein de trous, que les personnages étaient ridicules et que les acteurs jouaient très mal, c'est dire!

22/10/16 - Lien permanent - tags: #film #ciné #Tom Cruise #Jack Reacher #daube

Miss Peregrine et les enfants particuliers

Je ne suis pas plus un grand fan de Tim Burton, ces derniers films ayant été plutôt indigestes, mais j'ai voulu laisser sa chance à Miss Peregrine et les enfants particuliers, en 2D vous vous en doutez. Avec une histoire, des personnages et un univers si burtoniens, on avance en terre connue et on n'est pas déçu: une touche de folie, une touche de fantastique, des effets visuels sympathiques, on retrouve sans peine la patte du réalisateur. La contrepartie, c'est que ce qui fait l'originalité de cet ensemble ne nous semble plus très original, on se dit juste "tiens, c'est bien du Burton" même si c'est l'adaptation d'un roman.

Après le film est loin d'être mauvais et j'ai passé deux heures agréables mais il n'y a au final rien de plus, les méchants très méchants sont vaincus, les héros s'en sortent tous et l'amour triomphe de tout même du temps. Rien de nouveau de ce côté-là non plus.

13/10/16 - Lien permanent - tags: #ciné #film #Tim Burton #fantastique

Juste la fin du monde

Je ne suis pas un grand fan des drames familiaux mais Bonobo ayant vraiment aimé Mommy, le précédent film de Xavier Dolan, je me suis dit que ce serait une bonne idée de l'emmener voir Juste la fin du monde. On en est sorti mitigé, comme beaucoup. Le huis-clos étouffant dans la maison familiale, les gros plans hyper serrés, les phrases qui libèrent et les non-dits qui font mal, tout est présent pour bien faire palper la souffrance des membres de cette famille.

Beaucoup de choses dérangent dans ce film et en premier lieu le déracinement d'acteurs français au Québec qui dénote quelque peu. Le fait que ce soit une pièce de théatre adaptée rend aussi le film indigeste, peu d'éléments cinématographique venant embellir l'oeuvre initiale. Il y a aussi quelques longueurs qui auraient méritée d'être coupées au montage et des flashbacks pas toujours très bien intégrés.

Il n'en reste pas moins que les acteurs font vraiment du beau boulot, mention spéciale à Marion Cotillard (que je n'apprécie pas particulèrement) dont le personnage a tellement de difficulté à s'exprimer qu'on a mal pour elle et qu'on souhaiterait pouvoir l'aider à finir ses phrases. Le rôle de Vincent Cassel est aussi à mon avis plus complexe que ce que la plupart des gens retiennent. Par delà sa méchanceté, et j'avais parfois l'impression d'entendre Jean-Pierre Bacri dans ses rôles de ronchons, je trouve que son comportement ressemble d'avantage à celui d'un protecteur, du grand frère qu'il est effectivement, cherchant à faire taire les autres personnages pour ne pas qu'ils se fassent du mal.

Un film correct sans plus à mes yeux, sûrement passionnant pour un amateur de rapports humains conflictuels mais qui n'apporte rien de plus que les autres films du genre.

10/10/16 - Lien permanent - tags: #ciné #film #Xavier Dolan #souffrance # famille

Suicide Squad

Encore un film de super-héros? Non, cette fois-ci il s'agit de super-vilains, recrutés d'office dans une équipe dédiée aux missions suicides (le titre, tout ça). Est-ce que ça change quelque chose? Dans le film, pas vraiment. Les méchants ne sont pas si méchants que ça, loin de là, plutôt des inadaptés qui utilisent leurs talents de la mauvaise façon. C'est d'ailleurs là que le bât blesse, on a tellement l'impression de voir un film de super-héros qu'on se demande vraiment s'il y a une différence avec un film des Avengers...

Là, on a le tueur à gages qui donne l'impression qu'il ne tue que des méchants. D'ailleurs il dit dans le film à sa fille pour qui il sacrifie tout "je ne tue pas de femme ni d'enfant", comme c'est mignon! Ici on a le mutant qui a la peau couverte d'écailles et donc qui est chassé de notre société car trop déviant, comme c'est triste! Ou encore la psychiatre qui tombe folle (amoureuse) de son patient, le Joker, qui craque aussi pour elle, comme c'est romantique!
On a vu pire méchants au cinéma...

Enfin je parle du fond parce que côté film, il y a encore une différence de niveau considérable entre les films DC et ceux de Marvel. Ce n'est pas que ce soit mal joué ou que les effets spéciaux ne soient pas à la hauteur, c'est juste que le film ne décolle pas. C'est un chouette film pour se vider l'esprit vu que ça explose à tout va, qu'il y a des guests (coucou Ben Batounet) et un peu d'humour mais on s'attendait à autre chose. On parle de vilains quand même, il y avait de quoi faire bien plus mordant!

20/09/16 - Lien permanent - tags: #ciné #film #dc #suicide squad

Civil War

Même si j'ai l'impression que Marvel commence à manquer de souffle pour ses films de super-héros, on ne peut pas dire que Civil War soit raté. Tout y est millimétré, cadré, dicté avec une telle précision que le film ne s'enraye jamais. On peut être un peu déçu par le manque d'envergure de l'intrigue par rapport aux comics ou par le revirement de Stark bien concon mais c'est tellement efficace que les presque deux heures trente passent sans qu'on s'ennuie une seule seconde. Comme pour chaque film des Avengers, tous les héros ont droit à leur petit moment de gloire, à leur petite blague et au sourire caméra sous le meilleur profil de l'acteur. Le souci, c'est que ça commence à être drôlement fade et j'ai un peu peur que la prochaine phase du MCU soit encore moins palpitante. On verra bien...

08/06/16 - Lien permanent - tags: #ciné #film #Marvel #Avengers #Iron Man #Captain America #MCU

Warcraft: le commencement

Pour un style de film aussi bancal que les adaptations de jeux vidéo, je pense que Warcraft s'en sort plutôt bien. On reste bien loin d'un Lord of the Rings mais les effets spéciaux sont corrects, les personnages sympathiques et l'action bien présente. On retrouve aussi quelques lieux mythiques de World of Warcraft ainsi que quelques clins d'oeil qui toucheront le joueur (oui, il y a un Morlock et oui, le mage change un soldat en mouton).

Ce que je regrette le plus, c'est le scénario ultra-light et le peu de profondeur des personnages. C'est bien simple, on dirait que toute la partie background et scénario a été confiée à Jean-Kevin, 15 ans, grand joueur de World of Warcraft depuis ses 10 ans. C'est tellement plat que ce qui reste de Warcraft: le commencement, c'est un simple film d'action dans un univers d'heroic-fantasy vite oubliable. Et c'est bien dommage!

04/06/16 - Lien permanent - tags: #ciné #film #fantasy #Warcraft

Elle

Quand un réalisateur du calibre de Verhoeven (Basic Instinct, Robocop, Total Recall, Starship Troopers, excusez du peu!) vient réaliser un film en France, avec des acteurs français, un scénario tiré d'un roman français, on ne peut qu'être curieux du résultat. Et quand la bande annonce met mal à l'aise et rend maladivement curieux, c'est un film qu'on ne peut pas rater!

Alors oui, il y a la scène du viol, vraiment dérangeante, mais ce qui ressort surtout du film, c'est le jeu incroyable des acteurs. Il y a bien sûr Isabelle Huppert, absolument parfaite en quinqua névrosée, tout en retenue. Mais tous les autres acteurs sont remarquables, certains jouant des clichés ambulants sans être lourdingues (Charles Berling en créateur dépassé, Christian Berkel en crétin fini) et d'autres en jouant des personnages aussi félés que crédibles (mentions spéciales à Virginie Elfia et Laurent Laffitte).

L'intrigue nous tient en haleine jusqu'au trois quarts du film avant de retombé légèrement mais le malaise reste constant du début à la fin. Un très bon film donc, pour une fois aussi bon que ce que la bande annonce laissait entendre.

01/06/16 - Lien permanent - tags: #ciné #film #Verhoeven #Isabelle Huppert #Elle

X-Men: Apocalypse

Dès les premières images, on sentait que le projet serait casse-gueule mais bon, ce sont les X-Men quand même! Nous revoilà donc parti dans le passé, les années 80 pour changer de l'épisode précédent, et tout va mal pour les mutants, toujours traqués et maltraités par les humains. Sur ce, un gros méchant mutant badass revient à la vie après plus de trois millénaires et décide de tout foutre en l'air histoire que seuls les plus forts survivent (donc les mutants).

Un pitch classique pour un film des X-Men, avec ses mutants plus crasseux que classieux et bien loin des autres super-héros Marvel que l'on croise dans les différents films. C'est d'ailleurs ce qui fait le charme de cette franchise par rapport aux Avengers par exemple. On éprouve aussi le plaisir de revoir nos mutants préférés (mais pas Sansa Stark pour jouer Jean grey!!!) et leurs problèmes de jeunes adultes pas tout à fait sortis de l'adolescence.

Reste que le film est beaucoup trop bancal, entre effets spéciaux cheap au possible, histoire trop foutraque pour tenir le cap et petites blagues concons qui tombent à plat. Ce n'est pas un mauvais divertissement mais à réserver aux fans de la franchise, qui se feront plaisir comme moi pendant plus de deux heures, surtout avec des moments aussi extra que le sauvetage des élèves de l'école par Vif-Argent!

23/05/16 - Lien permanent - tags: #ciné #film #x-men #marvel

Julietta

Je ne suis pas un grand fan d'Almodovar, traumatisé à jamais par La Piel Que Habito, et sans Bonobo je crois que je ne serai pas allé voir Julietta.

Rien de trop glauque pour une fois, le film raconte le vide et la souffrance laissés dans le coeur d'une mère espagnole par la disparition volontaire de sa fille unique. De la culpabilité, de la souffrance, des femmes hautes en couleur, du Almodovar normal quoi...

Au final le film n'est pas mauvais, bien joué, avec une intrigue qui retient l'attention mais rien de boulversant non plus. Des familles en souffrance, même bien filmée, ça n'est pas vraiment ma came.

22/05/16 - Lien permanent - tags: #ciné #film #Almodovar #Espagne #drame familial

Hana et Alice menent l'enquete

Je sais que je ne suis pas la cible pour ce genre de film mais je me suis laissé tenté par Hana et Alice mènent l'enquête vu toutes les bonnes critiques.

On va dire que c'est un gentil film pour collégienne, pas vraiment intéressant, pas vraiment mauvais non plus. J'ai eu par contre un peu plus de mal sur la direction artistique, avec des personnages assez grossiers dès qu'ils ne sont plus au premier plan et des décors stylisés assez moches.

M'enfin, je suis sûr que ce film aurait plu à Doudou...

19/05/16 - Lien permanent - tags: #ciné #Japon #film #manga #collégienne