Les captures d’écran sur Steam Deck

Rédigé par:

Got

Date de publication:

02 juin 2024

Lien permanent:

www.squaregot.net/2024.html#6

tags:

Squaregot V2023 - Steam Deck - Ma vie

Je dis très souvent du bien de mon Steam Deck car c’est objectivement une très bonne machine. Mais de temps en temps, il y a des trucs qui ne vont pas. Et parmi les trucs qui n’ont jamais bien fonctionné, les captures d’écran ont la palme de le relou-itude.

Pour faire simple, Valve permet de faire une capture d’écran de son Steam Deck en appuyant en même temps sur le bouton « STEAM » et sur « R2 ». Un petit pop-up apparait en bas de l’écran pour nous dire que l’image capturée est enregistrée.

Premier souci, j’ai longtemps eu un bug sur mon Steam Deck qui faisait que je ne pouvais pas accéder à l’onglet « Médias » du menu Steam. La page se chargeait mais moulinait pendant des plombes pour au final ne rien afficher. Ces derniers temps, le bug a disparu mais autant vous dire que je n’ai pas trop pris l’habitude de faire des captures d’écran des jeux auxquels je jouais, genre pour mettre une illustration sur un billet de ce blog par exemple.

Vu que ça fonctionne maintenant, j’ai commencé à prendre des captures d’écran de temps en temps. Et comment vous dire…

Une copie d'écran du jeu Tchia sur Steam Deck tellement compressée qu'elle en est immonde

ÇA NE RESSEMBLE PAS DU TOUT A ÇA QUAND JE JOUE!

Car oui, le Steam Deck fait une capture d’écran mais il la sauvegarde en JPG avec une compression juste ignoble qui rend tout flou et moche. J’ai dû faire quelques concessions graphiques quand j’ai joué à Hogwart’s Legacy sur mon Steam Deck mais je n’ai pas eu à baisser la résolution à 0,5X comme on pourrait croire avec cette capture d’écran:

Une copie d'écran de Hogwart's Legacy bien trop pixelisée

Et là vous vous dites: « ces captures pourries ont bien dû ennuyer plus d’une personne sur Internet donc il y a un fix. » Et vous aviez raison! Il suffisait d’aller dans les paramètres, à l’onglet « En Jeu » et cochait « Sauvegarder une copie non compressée » et paf! vous aviez une copie d’écran parfaite…

Mais pourquoi j’en parle au passé? Ben tout simplement parce que depuis quelques semaines (visiblement quand Valve a basculé son mode Big Picture en version Steam Deck pour tout le monde), on ne trouve plus la case à cocher dans l’onglet « En Jeu » et donc on ne peut plus avoir que des captures d’écran pourries.

Il existe sûrement des moyens alternatifs de faire des copies d’écran sur le Steam Deck en mode Jeu mais c’est tellement lourd et incompréhensible qu’on dirait du Microsoft…

Tinykin

Rédigé par:

Got

Date de publication:

31 mai 2024

Lien permanent:

www.squaregot.net/2024.html#5

tags:

Squaregot V2023 - Jeux Vidéo - PC - Steam Deck

Ce court jeu aux graphismes chatoyants est un mélange entre Mario et Pikmin. Votre personnage peut sauter, se balader dans un environnement en 3D vraiment bien modélisé tout en dirigeant une armée de petits êtres chacun spécialisé dans une tâche. Vous avez ceux qui portent, ceux qui explosent, ceux qui se transforment en échelle et j’en passe.

Tinykin sur Steam Deck

Suite à une expérience ratée, vous êtes envoyé dans une autre dimension et vous vous retrouvez dans une maison abandonnée par les humains depuis longtemps mais habitée par une multitudes d’insectes anthropomorphiques. Cela tombe bien, car même si vous êtes humain, vous êtes aussi de la taille d'un insecte. A vous donc d’explorer la maison en remplissant quelques missions (assez simples) à chaque fois pour débloquer le niveau suivant.
Il y a des trucs à collectionner pour améliorer la capacité du héros à planer, il y a des clins d’œil et des références à dénicher un peu partout dans les niveaux ainsi que des lignes de dialogues bien marrantes en discutant avec certains insectes.

Tinykin sur Steam Deck

Même si le jeu se finit en quelques heures, j’ai bien aimé la direction artistique et le gameplay, j’ai donc passé un très agréable moment. Le jeu tourne merveilleusement bien sur mon Steam Deck et les contrôles tombent vite sous la main. Disponible sur une multitude de supports, je conseille ce jeu à tous les amateurs des deux références de Nintendo citées plus haut.

Ce jeu est une drogue

Rédigé par:

Got

Date de publication:

29 mars 2024

Lien permanent:

www.squaregot.net/2024.html#4

tags:

Squaregot V2023 - Jeux Vidéo - PC - Steam Deck

Ca faisait un petit moment que je voulais essayer le jeu indé de ce début 2024 à savoir Balatro. J’ai lancé une petite partie une heure avant de partir pour le concert de Dionysos et j’ai failli arriver en retard au final!
Et tout ça pour un jeu de poker amélioré avec ces graphismes:

une partie de Balatro

Parce que oui, les mécaniques de base proviennent du poker, avec des cartes qu’on doit choisir dans sa main pour faire des paires, des brelans, des suites, des carrés ou même… des combos de cinq cartes identiques! Car oui, c’est possible et très probable dans Balatro! Vous avez en effet de nombreuses possibilités qui ont été ajoutées aux règles initiales: vous pouvez entre chaque partie acheter de nouvelles cartes, des modifications permanentes ou temporaires ou même des jokers qui changent complètement le comptage des points.

C’est comme ça que je me suis retrouvé une fois dans une partie où 8 cartes du jeu ont été changées en des 10, portant à 14 leur nombre dans mon jeu de 54 cartes, ce qui rend plus facile les carrés ou les yams ;-)
Mais attention, vous n’avez la possibilité d’utiliser que 5 jokers et deux cartes d’action en même temps, vous devez donc ruser et optimiser les interactions entre les bonus. Un joker augmente le multiplicateur de combo par 15 par exemple si vous avez utilisé toutes vos défausses alors qu’un autre vous augmente le même multiplicateur pour chaque carte trèfle et que vous jouez avec un deck qui vous octroie un main supplémentaire mais vous enlève une défausse. Car oui, vous pouvez aussi utiliser des jeux de cartes différents avec leur propre modificateur. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi des cartes planètes qui modifient la valeur des coups. Et je ne vous ai pas parlé des jetons qui servent aux calculs des points et qui dépendent de la valeur de la carte mais aussi d’un millier d’autres règles!

Dit comme ça, ça à l’air plutôt compliqué mais le jeu est en fait très simple à prendre en main. On commence sans modificateur puis on peut acheter ses premiers jokers et autres cartes modificatrices. A chaque nouveau run, de nouvelles cartes donc possibilités sont gagnées et ajoutées au jeu, nous demandant de réfléchir à de nouveau combos en fonctions de ce que le tirage aléatoire nous a apporté.

C’est bien simple, je me suis posé dans le canapé à Montfaucon aujourd’hui et j’ai lancé une partie, puis une autre, et encore une… et j’ai vidé la batterie de mon Steam Deck en un peu moins de quatre heures! Je ne sais pas si le fun va durer éternellement mais j’ai encore envie d’essayer des combinaisons et réussir un run de plus de 20 parties ou de marquer plus de 30.000 points en une seule main!

Dionysos en concert au Bikini

P.S.: à part ça oui, le concert était chouette!

P.P.S: il est possible de convertir le jeu en application Android via ce script et j'ai depuis rendu accro mon Bonobo à Balatro!

Tron: Indentity

Rédigé par:

Got

Date de publication:

23 mars 2024

Lien permanent:

www.squaregot.net/2024.html#3

tags:

Squaregot V2023 - Jeux Vidéo - PC - Steam Deck

Je viens de finir Tron: Identity (sur mon Steam Deck bien sûr), un visual novel orienté polar, et je n’ai qu’une seule envie: revoir Tron Legacy. Tous les visuels du jeu sont inspirés de la suite du film culte des années 80, le jeu se passant quelques années plus tard, dans une autre Grid abandonnée par Flynn depuis des années. Les programmes continuent leur vie mais un événement grave arrive au Dépôt et Query, le héros qu’on incarne, y est envoyé pour enquêter…

Tron: Indentity - exemple de dialogue

L’enquête sera malheureusement de courte durée, l’histoire est bouclée en moins de 3h, même s’il est possible de recommencer une nouvelle partie pour explorer les autres choix possibles. Le jeu profite du design du second film mais reste assez aride, avec très peu d’animations et beaucoup de textes. Le seul mini-jeu intégré, appelé la Défragmentation, est original mais pas vraiment palpitant.

Tron: Indentity - le jeu de la défragmentation

J’ai néanmoins passé un bon moment et j’aurais bien aimé que l’histoire dure encore quelques heures. Quelques soient nos choix, on reste sur notre faim avec un jeu qui semble plus être une introduction qu’un produit fini. C’est bien dommage car l’intrigue m’a accroché et les personnages comme les lieux méritent un plus grand développement. Normalement le studio derrière ce jeu a prévu d’autres titres basés sur le monde de Tron mais pour l’instant rien n’a été officialisé. A suivre donc…

Chants of Sennaar

Rédigé par:

Got

Date de publication:

15 janvier 2024

Lien permanent:

www.squaregot.net/2024.html#2

tags:

Squaregot V2023 - Jeux Vidéo - PC

Le jeu démarre sans préambule, plongeant le joueur directement dans une immense tour. Il faut commencer par résoudre quelques énigmes et discuter avec un étranger qui parle une langue inconnue pour découvrir l'univers du jeu. Chaque étage de la tour est habité par un peuple distinct, possédant chacun sa propre langue et sa propre écriture, mais aucun ne comprend les autres. Il vous faudra maîtriser chaque langue afin de résoudre les énigmes, réunir les peuples et atteindre le sommet de la tour pour enfin comprendre les événements mystérieux qui se sont déroulés.

Chants of Sennaar

Et quand je parle d’apprendre les langues, je ne plaisante pas. Chaque peuple a son écriture, ses mots et sa société propre. On perçoit des influences teutoniques dans une société militarisée, un autre peuple semble vivre dans un monde arabisant, tandis qu'un étage distinct est réservé aux scientifiques, et ainsi de suite. A l’aide de peintures, de sculptures, de panneaux, de quelques «pierres de rosette» qui font le lien entre deux langues, de discussions avec les autochtones, on finit par décoder quelques mots. Ces mots permettent de mieux appréhender le niveau et d'accéder à de nouvelles zones. En acquérant progressivement le vocabulaire de chaque peuple, le joueur peut alors passer à l'étage suivant.

Chants of Sennaar

Il est rare qu'un jeu vidéo se démarque réellement par son expérience parmi les milliers déjà sortis au fil des décennies, mais Chants of Sennaar réussit cette prouesse. Ce tour de force est accentué par une direction artistique très agréable, évoquant des jeux tels que Sable ou des artistes comme Mœbius. Explorer les différents étages de la tour devient ainsi un véritable plaisir, permettant de découvrir chaque civilisation avec ses particularités graphiques et culturelles.
Bonobo, souvent assis à côté de moi, a également passé un excellent moment en m’aidant à déchiffrer les langues étranges et à surmonter certaines énigmes qui me posaient problème. Le jeu a en plus le bon goût de n’être ni trop long ni trop court, même si un étage/peuple de plus ne m’aurait absolument pas dérangé!

Bref, ne passez pas à côté de cette pépite vidéoludique!

Agadir

Rédigé par:

Got

Date de publication:

14 janvier 2024

Lien permanent:

www.squaregot.net/2024.html#1

tags:

Squaregot V2023 - Ma vie

Pour ces vacances à Agadir, j'ai voulu essayer quelque chose, une sorte de journal au jour le jour car je me suis rendu compte que j'oubliais rapidement ce que j'avais fait en vacances. Ca s'applique aussi à la vie de tous les jours mais les vacances sont quand même plus palpitantes et méritent donc d'être moins oubliées, non?
Ce n'était peut-être pas les vacances les plus intéressantes pour tenir un journal, on est resté les deux semaines à Agadir mais vu que j'ai déjà oublié la fin du séjour, je ne peux même pas terminer totalement l'expérience...

Premier jour - 18/12

Après une nuit plus que courte et sans sommeil, nous voilà partis pour l’aéroport en taxi. 38€, départ à 4h du matin, c’est presque plus intéressant que Tisseo. Il y avait déjà du monde à l’aéroport, malgré l’heure plus que matinale. Il faut dire qu’il y avait plus d’une demi-douzaine de vols en 6h et 6h15 ce matin là. Aucun problème à la sécurité ou à la douane, on était même les premiers à entrer dans l’avion vu que pour une fois on avait des billets prioritaires. Vol sans encombre, un peu de lecture, les deux premiers épisodes d’Ashoka et nous voilà à Agadir. Bonobo avait réservé un taxi grâce à sa cousine qui vit en partie à Agadir, je commence à prendre goût à tout ce luxe!
Étant un peu en avance, on s’est posé aux «Arômes de Paris» un café salon de thé un peu huppé mais les prix étaient très raisonnables et les viennoiseries délicieuses! On a ensuite récupéré l’appartement, tout à fait correct et j’ai pu comater deux heures sur le lit au soleil pour me remettre de ma nuit blanche. On est parti ensuite pour la belle et immense plage d’Agadir. Il faisait beau mais le petit vent a rafraîchi mes ardeurs… juste le temps que Bonobo décide d’aller se baigner. Je suis allé faire un plouf quand il est revenu à nos serviettes, on ne peut malheureusement pas laisser nos affaires sans surveillance.
On est rentré vers 17h à l’appartement, l’heure idéale pour profiter de l’apéro sur le balcon mais malheureusement il fallait faire des courses. Direction donc le Carrefour Market à 20 minutes à pied, 65€ pour pas grand-chose, c’est la crise partout ma pauvre dame!
Repas simple et comatage jusqu’à ce que la fatigue gagne.

La plage d'Agadir

La plage d'Agadir

Deuxième jour - 19/12

Quel bonheur de rester au soleil dans le lit de bon matin! La nuit a été… profonde mais mouvementée. Il y a eu pas mal de bruits dans la rue et le voisinage, à voir si c’est pareil tous les soirs. Mais entre ma fatigue et mes boules Quiès, je n’ai eu aucun mal à me rendormir à chaque réveil pipi.
On a donc trainé ce matin, comme des Bonobos il va sans dire. Une fois douché, j’ai terminé mon livre, le tome 2 de «Dominium Mundi» par François Baranger, parfait pour mon état metal actuel. J’ai enfin pu essayer Jusant sur mon Steam Deck une petite heure mais je n’ai pas trop accroché pour l’instant. C’est pourtant clairement le type de jeux que je kiffe mais là je suis resté de marbre.
On est ensuite descendu sur le paséo pour manger au soleil. C’était diablement agréable, surtout à l’abri du vent toujours aussi frais. On est ensuite allé marché le long de la plage, jusqu’à ce qu’un soldat nous interdise d’aller plus loin, vers les dunes. Quel dommage! On s’est posé là sur la plage, à bouquiner et à bronzer. Bonobo est même allé faire un plouf mais de mon côté, je n’en avais pas envie.
De retour à l’appartement pour se doucher, dîner et commencer la saison 6 de The Crown dans le salon marocain, pas très confortable. Grosse déception que ce début de saison également, l’épisode sur les derniers moments de Diana était particulièrement ridicule…

Troisième jour - 20/12

Encore une journée tranquille: matinée à trainer à l’appart’, aprèm à la plage. On est monté un peu plus au nord cette fois, le long des hôtels de luxe assez peu remplis en ce moment. À peine posé sur la serviette, je me suis endormi au soleil pendant plus d’une heure, c’est à peine si j’ai vu deux chameaux passer…
Bonobo est allé une fois de plus se baigner et j’ai commencé «Comment saboter un pipeline» d’Andreas Malm. On a essayé un autre chemin pour descendre et remonter de la plage, un chemin bordé d’hôtels et d’immeubles abandonnés en cours de construction. Toutes ces verrues de béton, à deux pas de la plage, m’énervent toujours autant, comme à Fuerteventura.
Après un diner de pâtes sauce tomate presque maison, on a tenté la suite de la saison 6 de The Crown et nous ne sommes toujours pas convaincu.

Quatrième jour - 21/12

Aujourd’hui, pas de plage! Nous avons prévu de découvrir un peu le centre-ville d’Agadir. Nous avons commencé par son souk, tellement différent et pourtant si proches des autres: tous les bâtiments sont modernes, les allées sont grandes et éclairées mais on retrouve exactement le même «marché à tout faire» propre aux souks. On n’a pas acheté grand-chose à part quelques pâtisseries marocaines mais on s’est dit qu’il faudrait y revenir pour faire les courses en fruits et légumes.
On a ensuite poussé au nord, direction la mosquée Mohammed V. Après un coca au soleil, on a tourné dans le quartier pour trouver les traiteurs/pâtissiers conseillés par la cousine de Bonobo. Petit repas dans un restaurant basique mais bon, j’ai même pu tester la knafa, une sorte de millefeuilles de brick, fourré à la crème de lait et soupoudré d’amandes.
On est ensuite monté jusqu’au Jardin d’Olheo, un petit parc pas vilain avant de rentrer tranquillement en s’arrêtant faire trois courses dans un Carrefour Market.
Et le soir, c’était Jawad, le film indien le plus WTF que j’ai jamais vu. Tout en slow-mo puis accéléré puis slow-mo ad nauseam mais j’ai bien kiffé!

A l'intérieur du souk

A l'intérieur du souk

Cinquième jour - 22/12

On poursuit notre petit rythme de vacances avec glandouille le matin et plage l’après-midi. J’ai eu le courage de faire un plouf cette fois, malgré le vent toujours frais. C’est quand même dommage, ce vent nous garantit des journées ensoleillées avec le mercure qui atteint les 22-23°C mais qui nous empêche de vraiment profiter de la plage car j’ai toujours un peu froid. Bonobo y est moins sensible et pense qu’il descendra sans moi pour rester plus longtemps…
Qu’à cela ne tienne, on est retourné prendre un verre (et une crêpe au NutNut pour moi) au restaurant sur le paséo. Et là, au soleil mais à l’abri du vent, ça a été un vrai plaisir de profiter de cette belle journée.
J’ai commencé un nouveau livre, «le premier jour de paix» d’Elisa Beiram, qui m’a bien accroché dans sa première partie, un peu moins dans la seconde pour l’instant.
Ce soir, c’était les deux premiers épisodes de The Fall of the House Usher, c’est joli sans plus. J’ai aussi enfin essayé Severed Steel sur mon Steam DeckSteam Deck, c’est très nerveux mais un peu brouillon dans le genre Hotline Miami cyberpunk en 3D.

Sixième jour - 23/12

Les mêmes joueurs font la même chose: matinée à la maison et aprèm à la plage.
J’ai eu le temps de terminer au lit et au soleil «le premier jour de paix». Ça se finit gentiment, la lecture fut agréable sans plus.
En descendant vers 14h, le vent était faible et ça a été un vrai plaisir de nous poser sur le sable et d’aller faire un plouf! Malheureusement le vent est vite repassé de «rafraichisssant» à «frais» et j’ai fini par me rhabiller et mettre ma veste.
Soirée devant The Crown, des épisodes plus centrés sur la Reine et William, un peu plus digestes donc.

Septième jour - 24/12

Comme les jours précédents, c’était à l’appart’ le matin et à la plage l’aprem. Une différence toutefois, on avait pris les bonnets de Noël pour un shooting sur la plage, histoire de faire râler tout ceux qui sont restés en France. On est tous les deux allés faire un plouf, on a bien bronzé sur la plage vu que le vent était faible.
Une fois de retour à la maison, on s’est douché et fait tout beau pour le réveillon. Apéro en tête à tête, les cadeaux puis repas de fêtes: pâté en entrée, «brochettes» de poulet aux herbes et pommes dauphines ensuite pour finir par une bûche glacée.

Huitième jour - 25/12

Joyeux Noël!

Aujourd’hui, programme légèrement différent: après une visio avec Simon, nous sommes partis déjeuner au restaurant, au bord de la plage. Ensuite, serviette sur le sable, nous avons comaté au soleil.
J’ai déjà lu ce matin «My aunt is a monster», un roman graphique de Reimena Yee que m’a offert Bonobo pour noël et que j’ai dévoré avec plaisir. Là je me suis attaqué à «Les flibustiers de la mer chimique» de Marguerite Imbert, qui commence pas mal du tout. Et ce soir on a presque fini la saison 6 de The Crown, il ne nous manque plus que le dernier épisode…

Neuvième jour - 26/12

Aujourd’hui c’était l’expédition pour Taroudant! Lever aux aurores (7h40?!! Vous n’imaginez pas!!) après une nuit très agitée et peu reposante, attente dans le froid que le minibus arrive, une heure et quelque de route et nous voilà à «La Petite Marrakech». Comment dire?… Son surnom est plus qu’usurpé! La vieille ville, entourée des remparts, est assez proche de l’image que l’on se fait d’une ville marocaine ancienne mais elle n’a absolument pas le charme de Marrakech ou de Fès. On a fait la traditionnelle visite dans une boutique d’huile d’argan (sans grand intérêt) avant d’aller déambuler dans la ville et ses deux souks qui n’ont rien d’exceptionnel.

Les remparts de Taroudant

Les remparts de Taroudant

Heureusement la visite se poursuivait avec l’Oasis de Tiout, à une vingtaine de kilomètres de Taroudant. Le bus nous a d’abord emmené sur les hauteurs pour un repas marocain tout à fait correct, manquait juste des petites patisseries arabes en dessert mais on trouve plus facilement des patisseries françaises ici, c’est fou. On est ensuite descendu dans la palmeraie, un écrin de verdure et de fraîcheur qui m’a vraiment fait du bien.

une vue en hauteur de l'oasis de Tiout

L'oasis de Tiout

Le retour sur Agadir a été assez long, nous étions à plus de 100km et les routes marocaines ne sont pas toutes bien entretenues. De plus, pour éviter le stadium où il y avait un match de foot ce soir, le bus a contourné toute la ville d’Agadir avant de nous ramener à nos hôtels respectifs.
Soirée tranquille devant le dernier épisode de The Crown.

Dixième jour - 27/12

On a repris nos bonnes vieilles habitudes: matinée à glander et aprem à la plage. J’ai commencé «Tout ce que vous devez savoir sur le plus tabou des sujets» de Julien Menielle et j’ai continué à jouer à Jusant sur mon Steam Deck.
Contrairement aux autres jours, on est resté un peu plus longtemps à la plage pour voir le coucher de soleil en prenant le temps d’une boisson chaude à notre bar/resto sur le paséo «La Plage Bleue».
Ce soir, on s’est fait une bonne bouse cinématographique avec le film Geostorm. Je suis bien content malgré tout d’avoir pris mon Steam Deck aussi comme lecteur multimédia, ça fonctionne vraiment bien en mode bureau avec VLC. J’avais testé Kodi avant de partir mais je n’avais pas du tout été convaincu.

Onzième jour - 28/12

Après une nuit compliquée pour tous les deux, insomnie pour moi fièvre pour Bonobo, on a décidé de changer notre programme et de rester à l’appart’ toute la journée. On en a profité pour s’installer au bord de la piscine, au soleil mais à l’abri du vent. Il y avait même une tortue qui est venue se désaltérer quand on est descendu !
Ce matin, j'ai terminé le livre que m’a offert Bonobo sur le caca et, en fin d’aprèm, j’ai eu le temps de finir Jusant. Ce n’était pas à la hauteur de Journey mais bien mieux qu’Abzu, un bon moment qui ne laissera pas de souvenirs énormes…

Douzième jour - 29/12

Bonobo est toujours malade, il a préféré passer la journée à la maison. Je suis resté avec lui le matin mais je suis parti ensuite en ville faire des courses et commander pour le réveillon. Je suis revienu tranquillement par la plage, il faisait tellement beau et chaud… j’en ai profité pour manger mon quatre-heure au bord de l’eau. En rentrant, j'ai terminé «les flibustiers de la mer chimique» qui m’aura bien plu au final et le soir, j'ai regadé deux épisodes d’Ahsoka avant de continuer le long podcast avec Thierry Marx.

Treizième jour - 30/12

Aujourd’hui Bonobo va mieux, on a donc décidé de faire ce que l’on avait repoussé ces deux derniers jours: aller à Taghazout en bus, une petite ville de pécheurs (avant) et de surfeurs (maintenant) à une vingtaine de kilomètres au nord d’Agadir. On y est arrivé un peu avant 13h, on s’est installé à la terrasse d’un restaurant qui donne sur l’océan et on a profité de la météo plus que clémente! Après manger, on est parti se balader un peu dans la ville mais on a terminé très vite sur la plage. Chose exceptionnelle, il faisait tellement chaud que je me suis baigné deux fois!

La plage de Taghazout avec du sable, des petits bateaux de pêche aux coques bleues et les immeubles blancs en arrière plan

La plage de Taghazout

Fin du voyage

Je n'ai malheureusement pas tenu le journal correctement et il me manque la fin du voyage, ça m'apprendra! Bon, il faut dire que la journée du 31 a été bien remplie, il a fallu aller faire les courses, rejoindre la cousine de Bonobo et passer le réveillon tous les trois. On a même eu droit à un joli feu d'artifice, parfaitement visible depuis la terrasse.
Et le lendemain, il a fallu partir à 6h de matin pour prendre notre vol de retour vers Toulouse où ChrisChris est venu nous chercher et nous a gentiment invité chez lui pour nous faire à manger, le frigidaire étant bien vide à notre retour.

Le feu d'artifice du jour de l'an

Retour sur le Pixel 7a

Rédigé par:

Got

Date de publication:

17 novembre 2023

Lien permanent:

www.squaregot.net/2023.html#7

tags:

Squaregot V2023 - Tech & Co.

Cela fait pas loin de quatre mois que j’ai acheté un Google Pixel 7a et il est temps de faire un petit retour sur le téléphone de la firme de Mountain View.

Un Google Pixel 7a allumé, posé sur une table

Alors, qu’est-ce que j’en pense? Ben je suis plutôt déçu. Pas par les photos qui sont bonnes de jour comme de nuit, pas par les mises-à-jour ni par sa fluidité (bien aidée par l’écran 90Hz) mais par ses très nombreux bugs, sa chauffe excessive et par son autonomie catastrophique.

Parmi les bugs les plus énervants, la bascule entre la 4G et le wifi n’a jamais fonctionné correctement et je me retrouvais chez moi sans data. Après de multiples bidouilles, en rentrant dans le mode développeur, je pense avoir corrigé le problème mais c’est quelque chose qui ne devrait pas arriver out-of-the-box!

Autre souci inacceptable: l’absence de DAC dans la prise USB-C. Je ne vois que ça comme explication car aucun de mes précédents adaptateurs USB-C -> Jack 3,5mm ne fonctionne avec mon Pixel 7a. Il a fallu que je commande sur Aliexpress un tout petit DAC USB-C pour pouvoir avoir le son dans des écouteurs filaires ou sur l’autoradio de Bonobo.

Mais là où ça me dérange le plus, c’est sur l’autonomie. C’est bien simple, je tiens tout juste la journée les jours où j’utilise peu mon téléphone. 30 minutes de GPS et quelques vidéos YouTube et je suis à moins de 20% de batterie avant 19h. Kaloo m’a fait la remarque que j’utilisais toutes les capacités du téléphone à fond (luminosité à 90%, écran à 90Hz, …) mais à quoi ça sert de les proposer si on ne peut pas les utiliser sans bouffer la batterie? Je vais me pencher sur l’Universal Android Debloater pour voir si en limitant les services actifs sur mon Pixel 7a je gagnerais un peu d’autonomie. Mais dans quelques mois, quand la batterie ne sera plus à 100%, je risque de rager plus d’une fois car mon téléphone sera à plat en pleine journée.

Je suis critique envers ce smartphone mais la promesse de Google n’est pour moi pas tenue, d’où ma déception. Alors certes le téléphone est à jour avec la dernière version d’Android et la plupart des fonctionnalités spécifiques aux Pixel, son form factor est agréable malgré des bordures d’écran un peu épaisses, il est suffisamment puissant pour mon utilisation. Mais autant j’ai gardé mon OnePlus 7 plus de quatre ans, autant je pense que mon Pixel 7a ne demeurera pas aussi longtemps entre mes mains…

De Haiku à un haïku

Rédigé par:

Got

Date de publication:

14 septembre 2023

Lien permanent:

www.squaregot.net/2023.html#6

tags:

Squaregot V2023 - Ma vie - Tech & Co.

Cela fait des mois des années que je me dis que je dois faire quelques choses de mon vieil Asus x205t qui traîne dans mon bureau. Et en voyant cette vidéo sur YouTube, je me suis dit qu’Haiku OS serait parfait pour cette machine.

J’avais enfin un peu de temps devant moi cette semaine, je me suis lancé… en sachant le peu de succès que j’allais rencontrer. En effet, le x205t a une architecture particulière: c’est une machine 64 bits avec un UEFI 32 bits (ce qui posera des soucis plus tard) mais surtout elle n’a ni disque dur ni SSD mais une eMMC - l’équivalent d’une carte SD soudée à la carte mère. Et ça, Haïku OS n’en veut pas. J’espérais néanmoins pouvoir utiliser la version Live pour faire mumuse mais la particularité de l’UEFI a rendu cela impossible.
Bref, je me retrouvais donc doublement frustré: je ne pouvais pas essayer ce BeOS moderne qu’est Haïku OS ni libérer ma vieille machine d’un Windows 10 pas adapté. Qu’à cela ne tienne!

J’ai dans un premier temps essayé Haïku OS sur mon MacBook Air M1. Ce dernier étant sous architecture ARM, il n’y a pas de version adaptée. Il faut donc passer par de l’émulation x86 et je suis tombé sur ce tutoriel qui m’a permis de booter l’OS. Mais les choses se sont gâtées ensuite: quelques soient les paramètres utilisés pour la VM, Haïku OS est d’une lenteur abyssale sur mon M1. Rien que lancer le navigateur prend une dizaine de secondes et faire défiler une page web toute simple occupe le processeur virtuel à 100%. Bref, inutilisable en l’état, faudra que je teste sur un PC.

Un aperçu du bureau d'Haiku OS

Haiku OS, tournant difficilement, sur un MacBook Air M1

Quant à l’Asus, j’ai essayé Lubuntu dessus. En version bootable sur la clef USB, ça marche pas mal, même le trackpad et le wifi. Malheureusement l’installation bugge lors de la configuration de GRUB (l’UEFI 32 bits toujours) et Lubuntu ne boote pas depuis la eMMC. J’ai trouvé quelques astuces pour régler ce problème mais ça dépasse de loin mes connaissances en UNIX. J’ai essayé l’installation standard d’une Debian 12 mais ça plante après le tout premier écran de chargement. Je n’ai pas baissé les bras pour autant, je suis passé par une netinstall toujours de Debian 12 et cette fois-ci, ça a marché après une loooongue installation. Il faut dire que le wifi de l’x205t est plutôt ancien mais ça a permis à netinstall de trouver la version de GRUB adaptée à une machine 64 bits avec un UEFI 32 bits, hallelujah!
Une fois la machine redémarrée, tout fonctionne ou presque (le wifi, le Bluetooth, le trackpad et les haut-parleurs marchent, pas la prise audio et je n’ai pas testé le lecteur de cartes). J’ai pu aller sur des sites avec un navigateur moderne, ça reste fluide tout comme YouTube en 720p.

Alors que j’allais éteindre l’Asus, j’ai trouvé rigolo de demander à Chat GPT un petit haïku sur Debian et la seconde itération m’a donné ça:

Debian, source pure,
Liberté, paix, sans fin,
Bonheur d’un code libre.

La boucle est bouclée: ça a commencé par Haïku OS et ça s’est terminé par un haïku ;-)

Evil West

Rédigé par:

Got

Date de publication:

28 juillet 2023

Lien permanent:

www.squaregot.net/2023.html#5

tags:

Squaregot V2023 - Jeux Vidéo - PC - Steam Deck

Mélanger les vampires avec les cow-boys du Far West, dans un jeu bien bourrin et sanguinolent, voilà le pitch d’Evil West. Et la promesse est tenue, le jeu est bien jouissif dans sa violence débridée. Dommage que la lassitude s’installe assez vite, entre le déroulé énigme-arène-couloir qui se répète ad nauseam, les mêmes monstres qu’on affronte à longueur d’arènes (d’abord en solo, puis à deux, puis avec d’autres monstres moins forts, puis avec d’autres monstres plus forts, puis en quantité industrielle) et le scénario qui reste au ras des pâquerettes. Le jeu offre pourtant un panel d’armes et de combos intéressants, on a quelques éléments du décors qui sont utilisables en combat et surtout des graphismes d’un très bon niveau mais rien de bien nouveau sous le soleil du beat’em all en 3D tel qu’on en voit depuis l’époque de la PS2.

Evil West sur Steam Deck

Il est à noter que le jeu tourne bien sur mon Steam Deck, locké en 30fps constants avec des graphismes réglés sur moyens. Côté programmation, c’est donc du propre et de l’efficace.

Cult of the lamb

Rédigé par:

Got

Date de publication:

14 mars 2023

Lien permanent:

www.squaregot.net/2023.html#4

tags:

Squaregot V2023 - Jeux Vidéo - PC - Steam Deck

Cult of the Lamb

Et un jeu de plus fini et fait entièrement sur mon Steam Deck!
Le genre rogue-like se prête bien à la console-pc de Valve, on peut enchaîner des parties courtes à gérer son village et de longues sessions à défoncer du monstres dans les donjons. Je me suis bien éclaté à combattre, un peu moins à gérer mes fidèles même si les améliorations du village et des villageois rendent la gestion un peu moins rébarbative. L’ambiance par contre était au top, la thématique m’a fait triper et le jeu n’est pas trop long.

40 ans d’Elo

Rédigé par:

Got

Date de publication:

25 janvier 2023

Lien permanent:

www.squaregot.net/2023.html#3

tags:

Squaregot V2023 - Ma vie

Elo avait prévu un petit week-end pour fêter son anniversaire un peu en avance avec ses amis. Elle avait réservé deux appartements dans un hôtel haut-de-gamme pour qu’on puisse faire la fête tous les douze et il n’y a pas à dire, c’était classe!

40 ans d’Elo

C'était le salon de l'hôtel, pas le notre hein!

En plus, elle avait privatisé le SPA associé à l’hôtel pour 1h30 et je dois avouer que le petit jacuzzi en extérieur avec vue sur les montagnes enneigées a fait son petit effet.

40 ans d’Elo

C’était très sympa de retrouver une partie de la Team Beau-Site à Saint-Martin-Vésubie, de tchatcher avec tout le monde, de manger moult crêpes et de dévorer une raclette au chaud alors qu’il faisait moins-je-ne-préfère-pas-savoir dehors! On n’a pas pu faire des raquettes mais la balade en forêt et la luge avec les gosses nous ont bien occupés.

40 ans d’Elo

C’était malheureusement le dernier anniversaire des 40 ans de la Team BS, on est tous vieux maintenant. Heureusement, on pourra toujours refaire la fête pour nos 50 ans, nos 60, nos 70 et même plus si Dieu nous prête vie…

Mon Steam Deck et Cyberpunk 2077

Rédigé par:

Got

Date de publication:

8 janvier 2023

Lien permanent:

www.squaregot.net/2023.html#2

tags:

Squaregot V2023 - Jeux Vidéo - PC - Tech & Co.

Cela faisait un moment que je voulais essayer de faire tourner ma version tipiak de Cyberpunk sur mon pc-console portable. J’ai profité de ces quelques jours tranquilles à Tournefeuille pour faire le ménage sur mon Steam Deck en supprimant certains jeux, en en transférant d’autres sur la carte SD afin de libérer les presque 70Go nécessaires au jeu de CD Project.

Grand bien m’en a pris car le jeu tourne vraiment bien, même mieux que sur mon ordinateur de jeux, équipé il est vrai d’une vieillissante 1060 3Go et devant afficher le jeu en full-hd. La config’ sous la télé souffre surtout d’un bug bien énervant qui fait planter le jeu dès qu’on accède à la carte et qu’on veut revenir à la partie dans certaines zones.
Sur mon Steam Deck, je n’ai pas eu un plantage et très peu de ralentissements maintenant que je l’ai configuré pour qu’il tourne à 30fps avec suffisamment de détails pour que le jeu reste joli en 800p.

Mon Steam Deck et Cyberpunk 2077

Et même sans bouger de chez moi, c’est un plaisir de prendre la console portable et d'arriver directement dans le jeu en quelques secondes après l’allumage alors qu’il faut plusieurs minutes pour allumer l’ordi et lancer le jeu. Bien pratique l’une de ces dernières nuits où une insomnie m’a gardé éveillé jusqu’à 7h…

J’ai pu me rendre compte qu’un jeu comme Cyberpunk vide bien la batterie en 1h30 (ce qu’il a fallu pour passer de 100% à 9% cette nuit-là). En prévision des futurs voyages, j’ai pu tester ma batterie externe, certes pas assez puissante pour le Steam Deck avec ses 18W, mais qui n'a laissé la console se décharger que de 20% en 1h.

Mais le vrai plaisir reste le jeu en lui-même. Il a beau avoir de nombreux défauts et encore quelques bugs même en version 1.6, c’est toujours impressionnant d’arpenter Night City et la plupart des quêtes sont bien écrites. Je viens même d’en lancer une qui fait un lien avec l’anime sorti il y a quelques mois, un clin d’œil qui fait son petit effet. Bref, je n’ai pas fini d’enchainer les heures sur Cyberpunk 2077, chez moi ou à l’autre bout du monde, pour mon plus grand bonheur.

NAVIGATION

QUI SUIS-JE?

Tout jeune quarantenaire, je suis un bonobo au top marié à un autre bonobo tout aussi extraordinaire. J'aimerais passer mon temps à voyager aux quatre coins du monde mais il faut bien qu'on soit de temps en temps en France pour voir les amis et la famille.
Je garde ce blog en ligne depuis 2008 (ça ne nous rajeunit pas, ma pov' Lucette!) mais je ne poste que de façon intermittente à propos de tout ce qui me passe par la tête et que j'ai envie de partager sur le net.